Macrolophus anti aleurodes

Produit fabriqué en France Utilisable en agriculture biologique

Macrolophus pygmaeus est un très bon auxiliaire pour lutter contre les populations d'aleurodes et de mouches blanches. A implanter au début de l'attaque.

Très efficace pour lutter contre les différents ravageurs des tomates.

S'attaque également aux acariens, tétranyques tisserands, aux thrips, aux oeufs de papillons et à la mineuse de la tomate

Boîte de 80 larves pour traiter entre 4 et 80 m²

Voir la description détaillée
Quantité
Disponible

Prix
16,50 €

Sur ce produit :
Livraison offerte dès 60€ d'achats
Infos livraison
La livraison de macrolophus
Délais de préparation

Chez INSECTÖSPHERE, nous faisons de la qualité et de la rapidité d’expédition nos priorités.

Pour les macrolophus, le délai de traitement moyen de vos commandes est compris entre 0 et 2 jours.

Transporteurs
Chronopost Express en point relais

Le meilleur transporteur, donnant le plus de souplesse.

Expédition du Lundi au Jeudi, livraison en point retrait dans les 24 h suivant l’expédition.


Colissimo

Expédition du Lundi au mercredi, livraison à votre domicile sous 48h à compter de la date d’expédition.

Le pack réfrigéré : votre garantie pour le vivant

Nous garantissons la qualité de nos macrolophus pour une livraison en J+2 pour les transporteurs Chronopost express et Colissimo domicile.

Description Macrolophus anti aleurodes

Macrolophus pygmaeus, une punaise prédatrice des mouches blanches (aleurodes)

Macrolophus pygmaeus, anciennement appelé Macrolophus caliginosus, est une punaise prédatrice de la famille des Miridés. C'est une espèce naturellement présente en France avec une préférence pour les climats méditerranéens. Tout au long de son développement, elle arbore différentes teinte de vert et ses yeux passent du rouge au brun foncé.

Macrolophus se développe au cours de 7 stades. Les femelles déposent leurs œufs sur les parties âgées et plus rigides de la plante à l'instar des tiges, des nervures et des pétioles. Ils sont invisibles à l’œil nu. Après éclosion, les larves, de couleur claire, chassent leurs premières proies. On peut les observer sur la face inférieure des feuilles. A noter que les deux premiers stades larvaires ne possèdent pas d'aile. A compter du troisième stade larvaire, Macrolophus développe des ébauches d'ailes et arbore une teinte verte foncée. Au bout de de plusieurs mues, Macrolophus devient adulte et sera principalement visible sur les tiges et les jeunes pousses. 

Oeuf de Macrolophus caliginosus

Oeufs de Macrolophus

Les œufs de Macrolophus sont particulièrement discret.

Macrolophus caliginosus  L1 ou L2

Jeune larve

Les 2 premiers stades larvaires ont cette forme

Macrolophus caliginosus L4

Larve âgée

Les 3 derniers stades larvaires présentent des ébauches d'ailes

Macrolophus caliginosus Adulte

Macrolophus adulte

Les adultes sont ailés et donc très mobiles

Les sources de nourriture de Macrolophus pygmaeus

Macrolophus pygmaeus, est comme la plupart des espèces de punaises prédatrices, très polyphage. Contrairement aux chrysopes, les larves et les adultes sont prédateurs, ce qui en fait une espèce d'auxiliaires de première importance dans les programmes de lutte biologique depuis le milieu des années 90. Lorsque la punaise chasse, elle va piquer sa proie à l'aide de son rostre puis va lui injecter des sucs digestifs riches en enzymes afin de liquéfier l'insecte de l'intérieur. Il ne lui reste plus alors qu'à en inspirer le contenu. 

Semez des soucis afin de maintenir les populations de Macrolophus caliginosus dans vos serres

Macrolophus pygmaeus chasse préférentiellement les aleurodes mais cet auxiliaire peut également consommer des acariens, des thrips et dans une moindre mesure de pucerons. Il peut également chasser les œufs de papillons et certaines petites chenilles comme celles de la mineuse de la tomate

En période de disette, Macrolophus peut aussi ponctionner la sève de certaines plantes afin de se maintenir en vie. Si vous souhaitez implanter durablement les populations de cette punaise prédatrice, nous vous recommandons de semer des soucis dans votre potager ou sous vos serres

A noter que le développement de Macrolophus est beaucoup plus rapide et que sa fécondité est beaucoup plus élevée lorsque son alimentation est majoritairement composée de mouches blanches.

Où lâcher les Macrolophus ?

Vous pouvez réaliser un lâcher de Macrolophus sur la plupart des plantes sensibles aux mouches blanches. C'est notamment le cas pour :

  • Les tomates, les aubergines, les poivrons et autres piments
  • Les concombres et les courgettes
  • Les fraisiers
  • Les choux
  • Certaines plantes ornementales : géraniums, lilas, rhododendrons, azalées, datura, brugmansias …
  • Les plantes d'intérieur : hibiscus fuchsias …
  • Les plantes sous serre
Macrolophus caliginosus est particulièrement recommandé sur tomate où il constitue le traitement principal contre les aleurodes, les acariens et la mineuse

Un auxiliaire très mobile

Macrolophus est un insecte auxiliaire bénéficiant d'une très bonne capacité de diffusion du fait que les adultes soient capables de voler. Nous préconisons plutôt des lâchers de larves qui se focaliseront davantage sur les foyers d'aleurodes. Bien qu'elles ne possèdent pas d'ailes, elles sont très alertes. Contrairement à d'autres espèces d'auxiliaires, elles n'ont pas de difficulté à se déplacer sur des plantes velues à l'instar des tomates, dont les poils glandulaires visibles sur les tiges et les feuilles, empêchent l'installation et le déplacement des gros insectes prédateurs comme les chrysopes par exemple. 

Macrolophus pygmaeus est à l'heure actuelle la meilleure solution de protection des tomates contre les insectes ravageurs.

Périodes d'utilisation des larves de Macrolophus pygmaeus contre les aleurodes

En présence de proies uniquement. Des lâchers précoces sont possible s'il y a des soucis à proximité des plantes à protéger. 

Jan
Fev
Mar
Avr
Mai
Jui
Jui
Aou
Sept
Oct
Nov
Dec
A l'extérieur
Jan
Fev
Mar
Avr
Mai
Jui
Jui
Aou
Sept
Oct
Nov
Dec
A l'intérieur
Jan
Fev
Mar
Avr
Mai
Jui
Jui
Aou
Sept
Oct
Nov
Dec
Légende
Optimale
Possible
Peu recommandé

Conseils pour l'application des punaises Macrolophus caliginosus

Pour un traitement contre les aleurodes réussi procédez ainsi :

  • Effectuez le lâcher un soir avec des températures douces en l’absence de vent ou de précipitations
  • Les larves de punaises prédatrices doivent être utilisées dès leur réception ou au pire des cas un jour après les avoir préalablement stockés à l’obscurité à des températures comprises entre 8 et 12°C
  • Déposez directement les larves sur les plantes au plus près des foyers de mouches blanches en veillant à ne pas trop agiter la boite afin ne pas perturber les insectes
  • Pour les plantes à développement vertical à l'instar des tomates par exemple, vous pouvez utiliser des boites de lâcher pour auxiliaires. Il vous suffira de répartir le substrat abritant les insectes dans ces accessoires.
  • Attention : les aleurodes sécrètent du miellat, un liquide sucré qui gène la mobilité des Macrolophus. Avant de relâcher ces insectes nous vous conseillons de nettoyer vos plantes avec du savon noir.  

Doses de Macrolophus pygmaus à appliquer

La dose de larves de punaises prédatrices est à réfléchir selon le niveau de développement de vos cultures et l'intensité de l'infestation en mouches blanches . Ainsi :

  • Pour un début d'infestation, respectez une dose de 1 à 5 larves de punaises prédatrice / m² de cultures.
  • Pour une forte infestation appliquez entre 20 et 50 larves de Macrolophus / m² de foyer d'aleurodes. 
  • Répétez le traitement 1 à 2 semaines plus tard

Attention aux pesticides, même bio !

L'huile de neem est issu de cette plante, le Margousier. Elle est hautement toxique pour les insectes, aussi bien ravageurs qu'auxiliaires comme Macrolophus pygmaeus

Les pesticides, même biologiques, peuvent avoir un fort impact sur les populations d'aleurodes, mais également sur celles des insectes auxiliaires comme Macrolophus pygmaeus

De ce fait, veillez à ne pas utiliser dans les trois semaines précédant le lâcher d'insectes, de pesticides à base de pyrèthres ou d'huile de Neem (issue du Margousier en photo ci contre). Ces produits sont très toxiques pour tous les insectes !

Veillez également à ne pas appliquer d'insecticides lorsque les populations de Macrolophus sont implantées sur les végétaux infestés d'aleurodes

A noter  que les insecticides à base d'huile de colza ne présentent pas de toxicité chimique pour les auxiliaires, mais ils peuvent entraîner la mort de certains individus lorsqu'ils sont appliqués au dessus d'eux. De ce fait, préférez appliquer l'insecticide végétal polyvalent en amont de l'application des Macrolophus.