Concombre bio

Présentation du concombre

Le concombre (Cucumis sativus) appartient à la famille des cucurbitacées comme les courgettes, melons et pastèques. C’est une plante potagère rampante au tempérament grimpant.

Les feuilles sont de bonne taille et de forme pentagonale. Deux stipules sont présentes à la base du pétiole et on dénombre de 3 à 5 lobes par feuille. Les limbes sont dentés.

De par son caractère monoïque, le concombre aura des fleurs mâles et femelles sur les mêmes pieds qui seront jaune pâle toutes les deux.

Le fruit, du même nom que la plante, peut atteindre une longueur de 30 cm pour un diamètre de 5 cm et sera assez rugueux au toucher. En fonction de la variété, il pourra aller du vert au blanc.

La tige du concombre deviendra grimpante si son environnement y est favorable et on verra dans ce cas-là apparaitre des vrilles de la tige pouvant atteindre jusqu’à 2m de long.

Histoire et origine du concombre

Pyramide egyptienne

Connu par les bouddhistes sous le nom d’ischwaku, le concombre serait cultivé depuis plus de 9000 ans. On a retrouvé des traces de graines datant de -7000 ans av JC dans la région de Birmanie actuelle. Il prospérait donc à l’état naturel sur les contreforts de l’Himalaya puis a été cultivé par l’Homme en Chine aux alentours de – 5000 ans av JC. Après la Chine il a été importé en Inde où sa culture a également été un succès puis a continué sa route jusqu’en Egypte pour être cultivé sur les bords du Nil et même livré en offrande aux dieux.

Après l’Egypte il est amené en Grèce et en Italie où l’on commence à le cuisiner avec du miel pour adoucir son goût (très amer à l’époque).

Charlemagne le répandra dans l’Empire et Christophe Collomb l’introduira dans le Nouveau Monde. Son succès commence à se généraliser et c’est sous Louis XIV, friand de ce légume, que le jardinier de la cour va faire pousser les premiers concombres sous abris.

A partir du XIXè siècle, le concombre est pleinement démocratisé et il entre dans les manuels de cuisine, ce qui l’aide à finaliser sa diffusion à travers l’Europe.

La culture du concombre

Le concombre n’aime pas les sols trop lourds et trop frais qui risqueraient d’étouffer les jeunes plants. Le pH du sol pourra osciller entre 5,5 et 6,8.

Les semis peuvent se faire en godets sous abri (avec une température minimale de 16°C) ou en place par poquets, si possible sous cloche.

Les sillons devront être espacés de 1m20 et chaque poquet devra être enterré à 2cm de profondeur tous les 60 centimètres.

Après la levée, il ne faudra laisser qu’un seul plant par godet ou par poquet en supprimant les autres.

Pour accélérer la production, vous pouvez étêter les plants de concombre au-dessus de la deuxième ou troisième feuille.

Vous pouvez espérer obtenir une récolte d’une quinzaine de fruits par pied, étalée sur environ deux mois.

Le concombre se ramasse lorsque sa taille ne varie plus et avant que le fruit ne devienne jaune.

Par manque de place et pour augmenter vos rendements, vous pouvez également cultiver le concombre « verticalement » (l’idéal étant sur plan incliné) en installant des grillages de type Ursus avec des mailles carrées larges. Le concombre grimpera dessus et vous facilitera la tâche pour l’arrosage. De plus, la pollinisation en sera améliorée et vous éviterez plus facilement les maladies fongiques.

concombre avant récolte

Besoin en eau

Besoin modéré sans arrosage exagéré sous peine de développer excessivement le feuillage au détriment des fruits. Attention à la température de l'eau d'arrosage qui ne devra pas être trop froide (>20°C)

Luminosité

Une exposition bien ensoleillée lui conviendra parfaitement

Température

Un climat tempéré chaud sera idéal pour sa croissance

Type de sol

Sol profond mais bien drainé à tendance acide (pH entre 5,5 et 6,8)

Fertilisation

Le concombre est gourmand donc le sol devra être humifère et chargé en azote

Rotation de la culture

Un délai de 4 ans sera nécessaire avant un retour du concombre sur la parcelle

Comment faire ses propres graines de concombre

Comme pour la courgette, il faut laisser le fruit mûrir jusqu'à jaunissement total. La chair deviendra ligneuse et le concombre creux.

Ensuite on ouvre le concombre en deux et on y récupère les graines à l'aide d'une cuillère. On met le tout dans un grand bol à température ambiante à l'abri du soleil en y ajoutant un peu d'eau pour que le tout fasse une mixture liquide.

Il faut laisser le bol reposer pendant 48h en brassant 2 fois par jour pour que la chair se détache bien des graines.

A la fin des 48h les morceaux de chair et les graines non viables (vides) flotteront. Il ne vous reste qu'à vous débarasser de tout ce qui est en surface à l'aide d'une écumoire puis vous pourrez ensuite vider l'eau et récupérer les graines saines qui sont au fond.

Disposer les sur un linge à température ambiante en prenant soin de bien les éponger. Laissez les finir de sécher pendant une dizaine de jours à température ambiante puis vous pourrez les conditionner dans des sachets pour une utilisation ultérieure, qui ne devra pas se faire plus de 10 ans après la mise en sachet.

Avec quoi associer le concombre

Le concombre peut s’associer facilement avec du maïs doux semé en îlots, des haricots, des choux ou encore des tomates.

En revanche, vous éviterez de les implanter à proximité directe des pommes de terre, de la sauge ou du basilic.

le maïs est une association possible avec le concombre
récolte de haricots
les choux, alliés du concombre

Utilisations et propriétés du concombre

Le concombre a une teneur calorique de 12 kcal / 100g et il est riche en eau et en vitamines C, K et B.

Reconnu comme diurétique et purifiant, il favorise le transit intestinal et combat le diabète. Sa teneur importante en potassium par rapport au sodium permet d’abaisser la tension artérielle et il est donc vivement recommandé en cas d’hypertension.

Les antioxydants qu’il contient sont également bénéfiques pour diminuer le taux de mauvais cholestérol.

Il se mange cru mais peut aussi être consommé cuit. Afin de faciliter la digestion, il est également recommandé de l’éplucher avant de le consommer.

La variété servant à faire des cornichons est récoltée très jeune et ils sont ensuite plongés dans le vinaigre.

Le concombre peut également être utilisé en tant que cosmétique :

- il est possible de le mettre 30 minutes au congélateur et à sa sortie de placer une tranche de concombre encore gelée sur chaque œil pour diminuer l’enflure des yeux.

- sur des petites brûlures, la pulpe de concombre peut être appliquée et maintenue 15 minutes pour apaiser.

- en masque pour le visage, la pulpe d’un demi concombre mélangé à un yaourt blanc et du jus de citron pourra s’appliquer et se laisser posée 15 minutes afin de lutter contre la peau grasse et les points noirs.

Les ennemis du concombre

Les maladies les plus fréquentes sont :

la fonte des semis qui peut intervenir si les semis se font à une température inférieure à 15°C et si les conditions hygrométriques sont défavorables.

l’oïdium des cucurbitacées qui pourra être repoussé par des mesures préventives telles que l’espacement entre chaque pied et une application de compost plutôt que de fumier.

En curatif, un anti maladies polyvalent pourra être appliqué.

l’anthracnose ou nuile rouge pour lesquelles la pulvérisation préventive d’un produit éliciteur ou à base de cuivre est efficace.

Concernant les ravageurs :

les nématodes du genre Meloidogyne peuvent s’attaquer aux racines et il faudra veiller à respecter une rotation de culture de 3 à 4 ans pour limiter leur propagation.

le Tétranyque tisserand (Tetranychus urticae), qui provoque le jaunissement des feuilles et pour lequel une application de Chrysopes ou de Macrolophus pourra solutionner l’affaire

Il y a 2 produits.

Affichage 1-2 de 2 article(s)