Poireaux

Le poireau : le roi du jardin

Une botte de poireaux

Le poireau (Allium porrum) est une plante herbacée potagère de la famille des alliacés au même titre que l’ail, l’oignon, ou la ciboulette. Il peut être selon les variétés, annuel ou bisannuel.

Il se caractérise par la présence de larges feuilles vertes qui se regroupent au centre pour former un large fût blanc. Un renflement en sa base forme un pseudo bulbe qui surplombe un chevelu racinaire développé. Lorsqu’il fleuri, le poireau déploie une tige florale en pompon très appréciée par les insectes pollinisateurs. Sa couleur varie du crème au violet en passant par le vert.

Le poireau tel que nous le connaissons descend du poireau perpétuel (Allium ampeloprasum). Cette plante est connue des humains depuis le paléolithique. Le poireau cultivé provient d’une lente sélection de cette plante pour favoriser la production de fût et de feuille

Des traces de sa cultures ont été relatées dans l’Egypte des pharaons ou en Mésopotamie. C’était l’un des légumes les plus populaires en Grèce antique ou sous le règne de l’empire Romain.

Il rentrait dans l’alimentation de base des paysans au Moyen-Age avec les choux et les oignons et reste encore aujourd’hui l’une des plantes les plus installées au potager

Le poireau est également connu sous le nom de porreau ou asperge du pauvre. Les plantules sont également surnommées des poirettes. Le poireau est également bien souvent nommé le roi du potager du fait de son cycle de développement qui s’écoule sur plus d’une année. 

L'acropole, où les grecs antiques appréciaient le poireau

Les poireaux, stars des cuisines ?

De nombreuses parties du poireau sont comestibles, mais il faudra les cuire en amont :

  • Les racines peuvent être frites après un nettoyage complet pour donner des chips insolites
  • Le vert est souvent boudé, cela lui vaut son surnom de foin. Il convient pourtant parfaitement à la confection de potages ou de soupes. Il peut être ciselé pour casser les fibres et éviter une texture filandreuse dans certains plats comme des tartes notamment
  • Le blanc de poireau est la partie la plus fine gustativement et la plus appréciée. Elle peut être cuite à la vapeur et consommée  à la vinaigrette 

Le poireau rentre dans la confection de nombreuses recettes traditionnelles françaises avec notamment l’ensemble des potées (pot au feu, poule au pot, tête de veaux…) ou des bouillons aromatiques. Il accompagne très bien des poissons comme le saumon ou des fruits de mer à l’instar des coquilles Saint Jean Jacques. Revenu au beurre et à la crème, il permet également de réaliser une délicieuse fondue de poireaux.

Ses usages sont multiples et en font un ingrédient de choix tout au long de l’année. 

Une soupe de poireaux
Des racines de poireau
Une tarte au poireau et aux lardons
Des jeunes poireaux ciselés

Les propriétés nutritionnelles du poireau cultivé

Le poireau est un légume riche en fibres et en eau et pauvre en sodium. Il a donc des propriétés diurétiques.  Il contient de nombreux composés anti-oxydants ainsi que de la vitamine B6 et B9. Le vert contient également beaucoup de Bêta-carotènes. Afin de ne pas dénaturer ces éléments préférez cuire le poireau à la vapeur plutôt qu’à l’eau dans une casserole. 

Typologie des poireaux

On recense 4 groupes de variétés, définis en fonction de leur date de récolte ou de leurt type de conduite.

Les variétés précoces dites poireaux d’été

Les poireaux d’été se sèment très tôt dans la saison (entre février et mars) et se récoltent de juillet jusqu’aux premières gelées qu’ils ne supportent pas. Il faudra donc les récolter afin d’éviter la destruction de la culture dans les zones où l’hiver est rude. On retrouve parmi ces variétés le Gros long d’été, Hilari, Géant précoce, Premier

Les poireaux d’automne

Les semis s’étalent de février à fin avril et la récolte intervient généralement avant la fin de l’année, car les poireaux d’automne sont moyennement résistants au gel. On retrouve dans ce groupe des variétés comme Haldor KS, Monstrueux d’Elbeuf, De Gennevilliers, Electra, Malabar

Les poireaux d’hiver

Cette catégorie regroupe l’ensemble des poireaux qui sont résistants au gel (pouvant aller jusqu'à -25°C). Les semis ont généralement lieu entre mars et mai et la récolte peut se dérouler d’octobre jusqu’au printemps suivant. On peut citer des variétés telles que Siegfried, Bleu de Solaize, Géant d’hiver, Bleu vert d’hiver…. 

Les poireaux primeurs, baguettes ou nouveaux

Les poireaux baguettes se sèment en pleine terre en Aout, Septembre et se récoltent d’avril à juin lorsqu’ils font la taille d’un pouce. Ces poireaux nouveaux sont très tendres et savoureux. Ils sont délicieux braisé ou en vinaigrette.  On choisira des variétés d’ automne ou d'hiver pour ce type de conduite. 

Conduite des poireaux

Le poireau est une culture relativement simple à installer au potager. La seule difficulté mineure est le semis en fonction de la précocité des variétés de poireaux. 

Des poireaux au potager

Pour une plus grande facilité, nous préconisons des semis sur clayettes en intérieur ou sous châssis de manière à obtenir de petits plants vigoureux qu’il conviendra de repiquer par la suite. Pour cela jetez à la volée des semences sur du terreau ou de la terre meuble et recouvrez les graines de 0.5 à 1 cm de substrat. Dès lors que les conditions le permettent et que les pieds ont la grosseur d’un crayon, repiquez les jeunes plants. Pour cela, habillez-les, c’est-à-dire couper le haut des feuilles afin d’en accroitre la vigueur. Vous pouvez également les laisser sécher deux jours afin de les endurcir et limiter les attaques de teignes du poireau. Vous pouvez également lors du repiquage praliner les plants à l’aide de mycorhizes afin de faciliter la reprise de végétation et appliquer un engrais liquide organique en arrosage. Au cordeau, réalisez des rangs espacés de 30 à 40 cm et repiquez les plantules à 10-20 cm d’intervalle.

Pour des implantations tardives (poireau primeur), vous pouvez semez directement les graines au potager. La germination intervient 15 jours après les semis à 13°C. En pleine végétation, il est possible de butter les fûts de manière à les faire blanchir. Tout au long de la saison veillez à biner vos rangs et à surveiller la présence de ravageurs afin d’agir en conséquence. La récolte se fait au besoin, les poireaux restent en terre tout l’hiver pour les variétés tardives. Paillez le sol abondamment de manière à vous prémunir du gel et à faciliter la récolte hivernale.

Pour une rotation des cultures optimale, respectez à minima un rythme de retour des poireaux de 4 ans minimum.  

Besoin en eau

Modéré

Exposition

Ensoleillée

Climat

Tempéré /Doux / Humide

Type de sol

Profond meuble et riche

Fertilisation

Elevée

Les bons et mauvais mariages du poireau

Profitez d’une protection croisée en alternant vos rangs de carottes et vos rangées de poireaux. L’odeur forte émise par l’alliacée incommode la mouche de la carotte, et la carotte repousse la teigne du poireau.

Le poireau est également une bonne plante compagne pour la tomate, le céleri, l’oignon et les fraisiers. 

En revanche, il conviendra de le tenir loin des cultures de pois, côtes de blettes, de haricots ou de betteraves

Produire ses semences de poireaux

Les poireaux portes graines se conduisent de la même manière que ceux récoltés plus tôt dans l’année : semis précoce au printemps, repiquages des plants dès qu’ils ont atteint la grosseur d’un crayon, buttage des plants et binages réguliers… Ils seront présents sur plus de 14 mois au potager. Veillez à tutorer les fleurs dès leur apparition afin d’éviter la verse. 

Les poireaux sont des plantes allogames et entomophiles dont la fécondation est assurée de façon croisée entre deux plantes différentes, sous l’action des insectes. Les risques d’hybridations sont donc importants, isolez donc vos cultures portes graines et veillez à ce qu’il n’y ait pas d’autres poireaux en fleurs à moins de 500 m. 

Critères de sélection des poireaux

On sélectionnera les poireaux sur leur grosseur et hauteur de fût (blanc), leur tolérance au gel pour les variétés d’hiver, leur développement rapide pour les variétés d’été et d’automne ou encore la résistance aux maladies. Marquez els pieds les plus prometteurs. Attention, vous devrez gérer la récolte des graines de manière éparse, les rangs se dégarnissant au fur et à mesure des arrachages. 

Récolte des semences de poireaux

La floraison du poireau intervient au cours de l’été et les pompons peuvent être récoltés de fin août à fin septembre.

Dès que la majeure partie des capsules séminales de la hampe florale sont ouvertes et que ces dernières laissent paraitre des graines d’un noir intense, les semences sont prêtes à être récoltées.

Pour cela, coupez au sécateur les pomponettes et installez les dans un sac en toile en veillant à ne pas trop secouer votre cueillette.  Laissez reposer les semences au minimum 6 semaines dans un endroit sec et ventilé. Remuez votre récolte de temps à autre afin d’éviter tout risque de moisissure. 

Une fleur de poireau porte graines

Tri et conservation des semences

Les semences de poireau n’aimant pas le battage, il faudra agir avec douceur. Faites tout d’abord rouler les hampes florales dans vos mains afin de désolidariser les graines de la hampe. Prenez ensuite un tamis avec une maille comprise de 6 à 10 et faites-les tourner délicatement sur le crible afin de faire sortir les graines des capsules séminales. Passez ensuite les graines dans un tamis de maille inférieure et bassinez votre récolte.

Versez ainsi dans un seau votre récoltes et agitez plusieurs fois à l’aide d’un fouet. Les semences tombent au fond du récipient tandis que les déchets demeurent en surface. Préférez une immersion courte n’excédant pas 10 min de manière à ne pas induire de germination.

Récupérer les graines et séchez les aussitôt en les déployant sur un linge sec ou du papier. Après plusieurs jours de séchages, vos graines de poireaux peuvent être ensachées. Les semences de poireau se conservent pendant 3 ans maximum dans un endroit sec et ventilé. 

Protection des poireaux contre les bio-agresseurs

Le poireau est sensible à différents insectes ravageurs et à plusieurs maladies. Ne sont exposées ici que les problématiques les plus impactantes et les plus courantes. 

Les insectes ravageurs du poireau

Les poireaux sont sensibles à trois ravageurs principaux à savoir la teigne du poireau, la mouche mineuse des feuilles d’allium et les thrips

Un papillon de teigne du poireau

La teigne du poireau (Acrolepiopsis assectella), est souvent confondue avec la mouche mineuse des alliums mais il s’agit ici d’un papillon. La larve est donc une chenille qui fore le fût des plantes attaquées et en dévore les feuilles. Les attaques conduisent bien souvent à un pourrissement des parties attaquées et les dégâts peuvent êtres très lourds.

Pour lutter contre ce ravageur, vous pouvez utiliser des pièges à phéromones contre la teigne du poireau en association avec la phéromone consacrée. Dès les premières captures dans le piège vous pourrez appliquer des trichogrammes pour éliminer les œufs pondus. 

Afin d’éliminer les vers du poireau, il est recommandé d’utiliser un insecticide contre les vers et chenilles. Ce traitement biologique a pour principe actif une bactérie bénéfique le Bacille de Thuringe. Celui-ci n’est toxique que pour les chenilles.

Evitez également d’appliquer du purin d’ortie sur vos cultures de poireaux, son odeur attire grandement les teignes du poireau

La mouche mineuse du poireau (Napomyza gymnostoma) est une problématique récente qui est apparue sur le territoire en 2003.  Arrivée des Balkans, elle est désormais répartie sur l’ensemble du territoire. Au stade adulte, elle mesure à peine 3 mm, revêt une robe grise mais possède une tête et un abdomen jaunâtre. Cette espèce effectue une première génération au printemps. Les femelles ponctionnent une partie de la sève des feuilles et laissent derrière elles des marques blanches. Elles pondent ensuite leurs œufs au niveau du feuillage ou à la base des jeunes plants dès le mois de mars. Les asticots vont ensuite forer les feuilles à l’abri de l’épiderme et se déplacer de manière verticale. La métamorphose a lieu sous la forme de pupes qui restent généralement enkystées dans le poireau ou bien tombent au sol.  Une nouvelle génération a lieu à l’automne.  La mouche mineuse du poireau est responsable de la perte des jeunes sujets attaqués au printemps et rend les poireaux d’hiver impropres à la consommation. Elle provoque en effet l’éclatement des fûts et des déformations caractéristiques. Il n’y a malheureusement que peu de moyen de lutte efficace. La meilleure stratégie consiste à éliminer méthodiquement les pieds infectés au fur et à mesure de l’apparition des symptômes. Ne compostez pas vos poireaux attaqués au risque de voir les pupes se développer au printemps suivant. Enfin, il est possible d’installer des filets anti insectes de manière à limiter les vols de mouches, mais cela ne fonctionnera pas si vous avez déjà des pupes au niveau du sol. 

Les thrips et notamment l’espèce Thrips tabaci, se développent souvent sur le feuillage des poireaux en été par temps sec et chaud. Afin de lutter contre ces petits insectes piqueurs suceurs, vous pouvez pulvérisez régulièrement de l’eau sur le feuillage ou bien appliquer une macération huileuse d’ail ou une solution à base de nématodes SF.

Ces petits vers permettent de lutter contre les stades larvaires des thrips présents sur le feuillage et contre les nymphes. Il faudra alors appliquer cette bouillie sur le feuillage, les futs et le sol. 

Un thrips

Les maladies affectant les poireaux

On recense principalement 3 grandes maladies chez les poireaux à savoir l'alternariose, la rouille et la pourriture blanche des alliums

L’alternariose (Alternaria porri) s’attaque aux feuilles de poireaux à la fin de l’été ou en début d’automne dès que les conditions météorologiques s’adoucissent et deviennent plus humides. Cette maladie entraîne l’apparition de taches blanches virant rapidement au pourpre et se développant en cercles concentriques. Il en résulte bien souvent un dessèchement du feuillage. Afin d’éviter l’apparition de cette maladie vous pouvez appliquer préventivement un produit éliciteur à base de chitosan

La rouille sur poireau peut être due à deux champignons, Puccinia allii, la rouille de l’ail ou Puccinia porri, la rouille du poireau. Cette maladie se caractérise par le développement de pustules ocres sur les feuilles qui induisent un dessèchement du feuillage à terme. La maladie s’attaque d’abord aux parties basses de la plante avant d’aller jusqu’en son cœur en remontant au niveau des étages supérieurs.  La rouille est favorisée par l’humidité ambiante et notamment les fortes rosées. Elle s’installe plus facilement sur les cultures infestées de thrips, les piqures constituant des portes d’entrées idéales pour ce pathogène. Pour limiter le développement de la rouille respectez le rythme de retour des poireaux et alliacés dans la rotation. Vous pouvez également choisir des variétés résistantes à cette maladie. Enfin, vous pouvez appliquer de manière préventive des éliciteurs à l’instar du chitosan.    

La pourriture blanche des alliacés (Sclerotium cepivorum), est une maladie cryptogamique d’importance. Elle touche l’ensemble des plantes de la famille des liliacées. Cette maladie se caractérise par le développement d’un mycélium blanc à la base du bulbe des plantes attaquées et par l’apparition de sclérote noires sur les parties touchées. Le feuillage jaunit et devient rapidement flasque avant de dépérir. Le champignon s’attaque surtout aux jeunes poirettes et peut provoquer des dégâts importants. Attention, les sclérotes, formes de conservation de la pourriture blanche, sont très résistantes dans le sol et peuvent avoir une durée de vie de 15 ans. Afin de vous prémunir de cette maladie, respectez les règles de base de la rotation des cultures, ne sur-fertilisez pas les cultures de poireau en apportant de l’azote en excès et respectez les distances de plantations préconisées.  Veillez également à ne pas mettre au compost des résidus de cultures infectées. Il n’y a pas de remède curatif à cette maladie, les pathogènes se trouvant sous la surface du sol. 

A noter que sur des parcelles fortement infectées, vous pouvez planter des glaïeuls afin de faire germer les sclérotes. Cette plante est résistante à la pourriture blanche qui ne pourra pas se développer sur cette fleur. L’inoculum se trouvera donc fortement réduit. 

Ooops !

Cette page n'existe pas, ou à été déplacée
Faites une recherche sur notre site :

Votre expert en lutte biologique