Courge bio

Les courges, des cucurbitacées pour tous les goûts

Les courges appartiennent à la famille des cucurbitacées, au même titre que les melons, pastèques, courgettes et pâtissons. Ce sont généralement des lianes rampantes ou grimpantes qui s’accrochent à divers supports grâce à leurs vrilles. Certaines espèces ont la particularité de se marcotter, c’est à dire que si la tige rencontre le sol, elle peut développer des racines secondaires. Les cucurbitacées peuvent être annuelles ou vivaces mais ont pour particularité d’être majoritairement sensibles au gel. Les courges peuvent être classées en 4 groupes :

Les potirons Cucurbita maxima

Il ne faut pas confondre les potirons et les citrouilles. En effet, ils appartiennent à 2 espèces distinctes. Les potirons forment des fruits plutôt aplatis, de saveur douce et sucrée. Ils sont peu fibreux et généralement fondants. Le pédoncule des potirons (la partie du végétal qui relie le fruit à la tige) est rond et parfois spongieux, contrairement aux citrouilles. Les potirons sont les courges les plus cultivées en Europe, on retrouve de nombreuses variétés, aux formes et couleurs variées. Ils sont classés en 4 catégories :

Les potirons classiques

Leurs fruits sont gros côtelés et leur chair contient beaucoup d’eau. Nous pouvons citer le potiron rouge vif d’Etampes, le potiron bleu de Hongrie, le potiron géant Pacific giant, le potiron jaune de Paris… 

Les potimarrons

Ces potirons forment de petits fruits en forme de poire, qui ont une chaire farineuse au goût de châtaigne. Il existe plusieurs variétés telles que le potimarron Red Kuri, le potimarron orange Hokkaido … Leur nom provient de leurs origines japonaises.

Les giraumons ou courges turbans sont idéales pour épaissir les soupes ou en purée

Les giraumons ou bonnets turcs

Ce potiron ayant un aspect de turban est très prisé dans les Antilles. Sa chaire est épaisse et farineuse, ce qui est parfait pour épaissir les soupes ou pour confectionner des purées. La variété la plus connue est Le potiron petit bonnet turc.

La courge de Hubbard se prête bien à la cuisson au four.

Les courges de Hubbard

Cette courge ressemble à un potimarron mais elle a la peau très dure et bosselée. Ce sont des courges d’hiver de très bonne conservation. Elles sont délicieuses cuites au four ou en frites ! Il existe plusieurs variétés dont la Hubbard Bleu, ou la Golden Hubbard.

Les citrouilles Cucurbita pepo

On confond souvent les potirons et citrouilles alors que ce sont des légumes bien distincts. Sa forme est généralement beaucoup plus arrondie que pour les potirons et elles sont globalement de couleur orange et leur chair plus fibreuse. Il faut souligner que les courgettes font également partie des Cucurbita pepo, il faut donc faire attention au risque d’hybridation ! Les principaux groupes sont :

Les citrouilles sont d'excellents légumes d'hiver qui trouvent leur place au potager

Les citrouilles

Ce sont les courges d’hiver et de conservation. Ce sont de grosses courges rondes, traditionnellement utilisées pour les décorations d’halloween. Il existe de nombreuses variétés telles que la Jack O’Lantern, la courge à graines nues Lady Godiva

Les courges coquilles (pâtissons)

Ce sont des plantes semi-arbustives qui donnent des fruits ressemblant à des couronnes durant l’été. Ils sont généralement consommés immatures comme les courgettes. Il existe une multitude de variétés dont le fameux pâtisson blanc.

La courge spaghetti est une citrouille jaune et allongée

Les courges spaghetti

Ces courges de formes allongées ont la particularité d’avoir une chaire filamenteuse. Une fois cuite, elle peut être utilisée pour remplacer des spaghettis (spaghetti végétal).

La courge gland est une citrouille en forme de toupie

Les courges glands

Appelées également courge poivrée ou courgeron, elles donnent des fruits en forme de toupies ou de glands.

Les courgettes

Ces plants semi-arbustifs donnent des fruits généralement allongés qui sont consommés immatures. Nous consacrons une page à ce légume fruit très prisé : voir nos graines de courgettes bio.

Les coloquintes sont toxiques, ils sont cultivés pour un usage décoratif.

Les coloquintes

Ces courges sont uniquement utilisées pour leur aspect décoratif. Elles sont toxiques et ne doivent pas être consommées !

Les courges musquées Cucurbita moschata

Ces courges ont la particularité d’avoir besoin de plus de chaleur pour se développer, contrairement à leur cousin les potirons. Les fruits on également, un pédoncule avec 5 côtes bien marquées. C’est dans cette famille que l’on trouve les courges Butternuts, la courge longue de Nice et la courge musquée de Provence.

La grande épopée des courges

La courge a une origine tropicale et aurait été cultivée il y a plus de 8000 ans par les amérindiens. Elles ont été introduites en Europe au XVI siècle et très vite cultivées ! On peut noter que dans un premier temps ce sont les cultures de potirons qui se sont développés du fait de leur bonne résistance au froid. Les cultures de courges musquées et citrouilles ont d’abord été cantonnée au bassin méditerranéen. Le potimarron n’est quant à lui, pas arrivé directement en Europe. Il est d’abord passé par l’Asie ou de nombreuses variétés sont nées.

Les courges, un légume santé pour l’hiver !

Les graines de courges sont très riches en protéines

C’est un légume d’hiver par excellence ! Récoltées à l’automne, les courges peuvent se conserver 6 mois à un an dans des conditions sèches et tempérées (10 à 16 °C). Ce qui permet d’en profiter durant tout l’hiver !

La chair des citrouilles et des potirons est très riche en caroténoïdes (autant que la carotte). Ces composés sont de puissants anti-oxydants qui ralentissent le vieillissement cellulaire et qui protègent les yeux.

Les graines de courges sont très riches en protéines (35 g / 100 g, soit 70% des apports journaliers recommandés) et en acide gras (36 g / 100 g). Cependant, elles sont difficiles à extraire de leur enveloppe, préférez les courges à graines nues pour cet usage.

Les courges ont l’avantage d’être à la base de nombreuses recettes hivernales. Elles s’utilisent pour des plats salés mais également pour des desserts sucrés !

L’usage le plus connue est sans nul doute la soupe de courge. Les recettes sont nombreuses mais elle s’associe bien avec des échalotes, de la crème, des châtaignes, de la muscade, des noix … Les variétés qui se prêtent bien à cet usage sont le potimarron (avec son goût de châtaignes), la rouge vif d’Etampes, la butternut …

Une autre recette incontournable est le gratin de courge., avec de la béchamel, de la muscade et du fromage râpé. La courge musquée de Provence s’y prête parfaitement.

La courge est également délicieuse en purée, rôtie au four ou bien en remplacement des pâtes avec les courges spaghetti. Elles peuvent servir à confectionner d’excellentes spaghettis végétaux.

Un autre usage moins connu est en dessert (gâteau à la courge) ou confiture. Préférez les variétés douces et sucrées pour cet usage.

Comment faire pousser les courges au jardin potager ?

La courge est une plante très facile à cultiver, ce qui la rend accessible à tous ! Il faudra juste veiller à la cantonner dans un coin du potager car les variétés coureuses deviennent vite envahissantes. Les points clés pour réussir sa culture sont de l’espace et une bonne fertilisation.

Besoin en eau

Modéré à élevé

Tout dépend des variétés. Des apports d’eau régulier augmenteront la taille des fruits mais l’excès d’eau diminuera leur saveur. Paillez généreusement le sol pour conserver l’humidité et limiter les arrosages.

Luminosité

Plein soleil

L’ombre ralentit leur croissance et augmente le risque de maladies

Température

Gélif

La courge apprécie les climats tempérés. Quant aux courges musquées, un climat plus chaud est recommandé. 

Type de sol

Léger

La courge se plait dans les sols meubles, frais et riches en humus.

Fertilisation

Elevée

La courge est un légume gourmand en azote. Apportez du compost à la plantation et en cours de culture. Le lombricompost est particulièrement recommandé. Un paillage d’herbes de tonte apporte beaucoup d’azote tout en gardant la fraicheur du sol.

Entretien

Pour éviter qu’elles n’occupent tout l’espace et favoriser la fructification, vous pouvez les tailler après les 2 premières vraies feuilles. Veillez à laisser au moins 2 feuilles après chaque fruit. Pour les variétés grimpantes pensez à les cultiver sur un filet ou grillage solidement fixé, ou le poids des courges aura raison d’eux !

La récolte s’effectue lorsque les fruits sont mûrs, c’est-à-dire une fois que le pédoncule est sec. Récoltez les fruits sans détacher le pédoncule. 

Les associations bénéfiques aux courges : La milpa ou culture des « 3 sœurs »

La culture des courges a débuté en Amérique du Sud. Les Amérindiens ont inventé une technique de culture à très fort rendement sur un espace limité appelée la Milpa. Cette technique repose sur l’association de 3 plantes compagnes la courge, le maïs et le haricot.

Les courges empêchent la croissance des mauvaises herbes

La courge

Cette plante rampante va couvrir le sol et empêcher la croissance d’herbes indésirables. Elle fournit des légumes riches en vitamines et minéraux.

Le maïs

Le maïs à un développement végétatif verticale, il ne rentrera pas en concurrence avec les plants de courges. Il leur offrira même une ombre légère aux heures les plus chaudes de la journée. Il servira également de tuteur aux haricots grimpants. Le maïs fournit une céréale riche en glucides et protéines.

Le haricot grimpant

Le haricot va s’arrimer et se développer sur les plants de maïs. Il fixe également l’azote atmosphérique dans le sol, ce qui va l’enrichir aux bénéfices des courges et du maïs. Les haricots sont également très riches en protéines qui complètent celles du maïs

Une fois la saison des récoltes passée, les plants sont coupés grossièrement et laissés sur place. En se décomposant ils enrichissent le sol en humus.

Quelles sont les plantes à ne pas associer aux courges ?

Les citrouilles, potirons et courges musquées ne se plaisent pas en compagnie des pommes de terre.

Comment produire ses propres semences de courges ?

Produire ses graines de courges n’est pas particulièrement difficile. La principale contrainte repose sur les risques de croisement et donc de perte de caractères spécifiques à une variété. Il faut également faire attention aux courges amères : Les croisements avec des courges sauvages ou amères peuvent entrainer la création d’une variété toxique contenant des cucurbitacines. Ces composés amers sont toxiques et provoquent des troubles digestifs sévères. Goutez toujours vos courges avant de les cuisiner. Coupez un petit morceau cru, s’il est amer, jetez la courge, si le goût est neutre ou légèrement sucré, c’est bon !

La production de semences de courges se déroule en 5 étapes : 

Les fleurs de courges sont comestibles

1 - La culture des courges

Il est important de produire ses graines de courges sur une seule espèce car les croisements sont très fréquents. Vous pouvez donc cultiver côte à côte une variété de courge musquée, une variété de citrouille et une variété potiron sans risque d’hybridation. La culture se fait ensuite de manière habituelle.

L’une des particularités de cette famille de plante est la présence de fleurs mâles et femelles sur le même pied. La pollinisation est faite par les abeilles.

2 - La sélection des courges 

Tout d’abord il convient de ne pas sélectionner des fruits différents de la variété d’origine. Ils sont sûrement issus d’une hybridation. Vous pouvez axer votre sélection sur la conservation des fruits (en gardant les graines de la courge qui aura été conservée le plus longtemps sans pourrir), sa résistance à la sécheresse, la taille des fruits …

3 - La récolte des courges

Les fruits doivent être récoltés lorsqu’ils sont mûrs, c’est-à-dire lorsque le pédoncule devient ligneux et sec. Ramassez délicatement vous courges sans les blesser, puis stockez les dans une pièce dont la température est idéalement située aux alentours de 15°C. Vous pouvez également les conserver dans des pièces plus chaudes (cuisine) mais elles devront faire l’objet d’une surveillance particulière pour éviter un pourrissement.

4 - L’extraction et le nettoyage des graines de courges

Lorsque vous allez cuisiner votre courge, isolez les graines les plus belles et les plus charnues. Frottez les dans un torchon et laissez sécher plusieurs semaines.

5 - La conservation des graines de courges

Une fois sèches, conservez vos graines de courges dans de petits sachets papiers. Elles garderont leur capacité germinative durant 6 ans, voire plus.

La récolte de vos graines de courges se fait au moment de la préparation d'une courge

Les parasites et maladies des courges

Les maladies des courges

  • Comme beaucoup de jeunes plants, les courges peuvent être atteintes par la fonte des semis lors de la plantation. Limitez les arrosages et contrôlez que les semis aient une température d’au moins 15°C.
  • La courge peut être atteinte par l’oïdium des cucurbitacées. Ces champignons se développent lorsqu’il fait chaud et humide. Dans un premier temps, ils forment des taches blanches d’aspect poudreux sur les feuilles, puis dans un second temps, ils provoquent leur dessèchement. Vous pouvez agir en amont en pulvérisant de la décoction de prêle ou un anti-maladies polyvalent. Réduisez aussi la fertilisation qui a tendance à aggraver le problème.
  • En cas de forte chaleur, les feuille flétrissent légèrement en cours de journée. Ceci est totalement normal, il s’agit d’un mécanisme d’économie de l’eau. Augmentez la fréquence d’arrosage durant ces périodes.

Les insectes et autres organismes ravageurs des courges

Les cultures de courges sont relativement peu sensibles aux attaques d’insectes et autres ravageurs. Nous pouvons citer ses 2 principaux ennemies :

Les pucerons : ce sont surtout les jeunes plants qui sont sensibles aux attaques de pucerons. On distingue 4 espèces problématiques : Le puceron vert du pêcher (Myzus persicae), le puceron du cotonnier (Aphis gossypii), puceron vert et rose de la pomme de terre (Macrosiphum euphorbiae), le puceron de la digitale (Aulacorthum solani). Ils peuvent être efficacement régulé avec des lâchers de coccinelles à 7 points adultes ou des larves de coccinelles à 7 points.

Les nématodes phytopathogènes : les nématodes du genre Meloidogyne provoquent des galles et déformations des racines. Il n’y a rien à faire, mis à part une rotation de culture de 3 ans minimum.

Ooops !

Cette page n'existe pas, ou à été déplacée
Faites une recherche sur notre site :

Votre expert en lutte biologique