Papillon palmivore et charançon rouge du palmier

Voir directement les 4 produits

Généralités sur les palmiers

Les palmiers constituent l’un des plus vieux groupes de plantes existant sur Terre. Ils sont apparus au Crétacé. Ils appartiennent à la famille botanique des Palmaceae (ou Arecaceae) et sont des organismes tropicaux. Ils aiment les climats chauds et craignent généralement le gel, bien que quelques espèces y soient moins sensibles.
Les palmiers sont des plantes monocotylédones à l’instar des graminées. Ce ne sont pas des arbres : le stipe (équivalent du tronc), est terminé par un bourgeon apical qui est responsable de la croissance de la plante. Celle-ci se fait essentiellement en hauteur. Bien que d’aspect fragile, le stipe des palmiers est incroyablement résistant et peut souvent faire face à la fureur des ouragans ou cyclones, grâce à une très bonne élasticité. N’en déplaisent aux roseaux…
Les palmiers font partie des plantes les plus rencontrées au monde grâce à une multitude d’espèces qui se répartissent en 6 grandes sous familles, mais les deux principales sont la sous-famille arecoideae et celle des Coryphoideae. On y retrouve de nombreuses espèces cultivées.

Les palmiers Arcoidea sont les plus développés. On retrouve parmi ceux-ci :

    • La tribu des cocotiers dont l’espèce la plus connue est Cocos nucifera, mais il ne faut pas oublier les plantes du genre Syagrus, dont fait partie, le Cocotier plumeux (Syagrus romanzoffiana) ou encore du genre Jubaea avec le cocotier du Chili (Jubaea chilensis). Enfin on peut citer le genre Butia (avec des espèces comme Butia capitata : le palmier abricot ou Arbre à laque, ainsi que Butia eriospatha, le butia laineux …).
    • La tribu des Chamaedoreeae, avec les plantes du genre Hyophorbe comme le palmiste marron (Hyophorbe verschaffeltii) ou du genre Gaussia comme le palmier Maya (Gaussia maya) …
    • La tribu des Arecae comprend diverses espèces dont beaucoup de plantes d’intérieur à l’instar du kentia (Howea forsteriana), du palmier nain du Mexique (Chamaedorea elegans) ou du palmier doré (Dypsis lutescens), mais également de plantes plus hautes comme le palmier à tronc rouge (Cyrtostachys renda) ou les palmiers du genre Archontophoenix comme le palmiste de Cunningham (Archontophoenix cunninghamiana).
    Un cocotier
    Les cocotiers font partie de la grande famille des palmiers

    Les palmiers de la sous-famille Coryphoidea font partie des espèces les plus primitives. On retrouve parmi ceux-ci :

    • Les Cryosophileae avec des espèces comme le palmier trident (Trithrinax campestris), les Borasseae comme le palmier de Bismarck (Bismarckia nobilis) ou les Sabaleae dont le Sabal nain (Sabal minor) et le Latanier chapeau (Sabal domingensis).
    • Les Phoeniceae à savoir les palmiers dattiers comme Phoenix dactylifera, le dattier de Ceylan (Phoenix zeylanica), le dattier indien (Phoenix sylvestris) ou le dattier nain du Mékong (Phoenix roebelenii).
      • Les Livistoneae, avec des plantes du genre Brahea, comme le palmier bleu du Mexique (Brahea armata), des plantes du genre Licuala avec le palmier cuillère (Licuala grandis) ; les Livistona comme le latanier pleureur (Livistona decipiens) ou l’éventail tropical (Livistona rotundifolia)

    C’est également dans cette sous famille que l’on retrouvera la plupart des espèces implantées en France.

    Grappe de dattes
    Les dattiers donnent pour la plupart des espèces des fruits comestibles

    Les principales espèces de palmiers rencontrées en France

    Les chamérops sont buissonnants

    Les Chamérops

    Avec la seule espèce Chamerops humilis et ses différentes variétés
    Les Trachycarpuis sont très attaqués par le bombyx palmivore

    Les Trachycarpus

    Dont le palmier chanvre de Chine (Trachycarpus fortunei)
    Un palmier phénix

    Les Phoenix

    Les dattiers comme le palmier des Canaries (Phoenix canariensis)
    Un palmier washingtonia

    Les Washingtonia

    Avec le palmier du Mexique (Washingtonia robusta) ou de Californie (Washingtonia filifera)

    Ce sont également ces plantes qui sont les plus attaquées par deux insectes ravageurs invasifs introduits accidentellement : Le papillon palmivore et le charançon rouge du palmier. Dans nos régions, ces insectes n'ont pas de prédateurs naturels connus, c'est pour cela que si un palmier est attaqué et que rien n'est fait, il est condamné.

    Le papillon palmivore du palmier

    Le papillon palmivore (Paysandisia archon) aussi appelé Sphinx ou Bombyx du palmier, est originaire d'Amérique du Sud  et s'attaque à la plupart des espèces de palmiers. Les symptômes d'une attaque sont nombreux :

    • Présence de feuilles poinçonnées
    • Présence de galeries à la base des palmes
    • Un affaiblissement général du palmier avec un jaunissement et dessèchement des palmes
    • Un jaunissement et dessèchement des palmes
    • Une malformation du stipe conduisant à une croissance oblique de la plante
    • Une perforation des palmes avec la présence de gomme ou de sciures dans la couronne
    • La présence de chrysalides ou d’exuvies à la base des palmes
    • Des bruissements caractéristiques de l’activité des larves au printemps et à l’automne

    Attention : le papillon palmivore s’attaque à la plupart des espèces de palmier, mais il apprécie d’autant plus les espèces qui ont beaucoup de fibres au niveau du stipe. Les Trachycarpus , Chamaerops et Brahea y sont très sensibles.

    Traitement du palmier contre le papillon palmivore

    Il est parfois conseillé de protéger ses palmiers à l’aide de filets afin d’éviter que les papillons ne viennent pondre. En plus d’être délicat à installer, fastidieux à contrôler et totalement inesthétique, ce système s’avère, dans la plupart des cas, très décevant. En effet, la prise au vent d’un tel dispositif est très importante et cela vient souvent créer des passages pour les papillons qui viendront pondre. De ce fait, en croyant que le palmier est protégé, la vigilance décroit et le traitement curatif intervient trop tard, conduisant à des dégâts irrémédiables….


    Il existe également des traitements à base de glu. Celle-ci doit être pulvérisée sur les palmes et vient créer une barrière protectrice. Néanmoins nous ne recommandons pas cette solution car le produit est salissant et vient altérer la qualité esthétique des palmiers. De plus, c’est un produit irritant, qui peut également piéger des espèces non cibles. Cet enduit collant protecteur ne convient pas à tous les types de palmiers, il peut être assez difficile à appliquer et ne présente pas une grande efficacité sur le charançon rouge. Enfin, il a un coût d’application élevé et peut rendre difficile l’application d’autres traitements à l’instar des nématodes.

    Symptome d'attaque du sphynx du palmier
    Les feuilles trouées sont des dégâts caractéristiques de l'attaque du papillon palmivore

    A l’heure actuelle, aucune phéromone n’a pu être isolée pour le piégeage des papillons du palmier.

    C'est pourquoi, afin de lutter contre le bombyx palmivore, nous vous préconisons plutôt d'appliquer un traitement bio à base de nématodes anti papillon du palmier. Ce traitement naturel peut être aussi bien préventif que curatif et donne d'excellents résultats.

    Le charançon rouge du palmier

    Le charançon rouge du palmier (Rhynchophorus ferrugineus) est originaire d'Asie, cette espèce invasive se nourrissant de tout type de palmiers et agaves est à lutte obligatoire. Un palmier infesté par les larves de charançons rouges est condamné si rien n'est fait rapidement, en effet ces gros vers blancs se nourrissent de l'intérieur du stipe forant de nombreuses galeries. Les premiers symptômes d'une attaque passent inaperçus, mais au bout de quelques temps on observe :

    • Des feuilles rongées en biseaux
    • Une inclinaison de la couronne du palmier
    • Un dessèchement et une chute des palmes
    • Un effeuillement du palmier
    • Un suintement liquide au niveau du stipe
    • Un pourrissement des stipes
    • L’effondrement de la plante entraînant la mort du palmier

    Les palmiers Phoenix sont particulièrement sensibles aux attaques de charançons rouges. La présence de papillons palmivores peut également favoriser l’entrée des charançons dans des espèces réputées comme étant moins sensibles, c’est notamment le cas pour les Washingtonia.

    Traitement du palmier contre le charançon

    Pour lutter contre ce ravageur, il faut dans un premier temps, confirmer sa présence (les premières infestations passent inaperçues). Pour cela, l'utilisation d'un piège à phéromone anti charançons rouges du palmier couplé avec une phéromone d'agrégation est recommandé. Si des adultes sont capturés vos palmiers sont probablement infestés, il faut alors appliquer un traitement bio : les nématodes Sc anti charançon rouge du palmier.

    A noter que le champignon entomopathogène Beauveria bassiana peut également être utilisé pour lutter contre le charançon rouge mais cette solution est réservée uniquement aux applicateurs professionnels. Les nématodes ont une action plus rapide que ce produit et sont moins dangereux pour des organismes non ciblés.

    Il y a 4 produits.

    Affichage 1-4 de 4 article(s)