Cochenille australienne Icerya purchasi

Description de la cochenille australienne Icerya purchasi

Cochenille australienne sur un citronnier.

La cochenille australienne est une grande cochenille appartenant à la famille des Margaroridés. Cette famille de cochenilles tropicales à la particularité d’avoir les femelles adultes pourvues de pattes développées qui leur permettent de se déplacer. Elles ont également la caractéristique d’avoir de longues périodes d’inactivités durant lesquelles elles réduisent leur taille.

Les cochenilles australiennes adultes comportent des mâles ailés de petite taille et de couleur jaunâtre qui peuvent migrer d’une plante à l’autre pour féconder les femelles. Ces dernières sont très grosses (5 mm), de forme ovale et de couleur brune ou rouge-brique. En période de reproduction, elles forment un gros ovisac blanc (poche cireuse contenant les œufs) pouvant atteindre 1 cm de longueur et d’aspect cannelé. Cet ovisac est généralement l’indice que repère les jardiniers pour constater la présence de cette cochenille.

L’ovisac contient plusieurs centaines d’œufs ovales et rougeâtres.

Les jeunes larves fraichement écloses sont également ovales, aplaties et rouges. Elles se couvrent ensuite rapidement d’une couche cireuse blanche. Elles passent par 3 stades larvaires avant de devenir adultes. 

Biologie de la cochenille australienne

A la sortie de l’hiver, les femelles développent leurs ovisacs et commencent la ponte (de 600 à 800 œufs). La coccinelle australienne est hermaphrodite et est capable de s’autoféconder en l’absence de mâles.

Dès l’éclosion, les jeunes larves vont se répartir sur la plante et commencer à se nourrir en prélevant de la sève. Après plusieurs mues les larves atteignent le stade adulte. Le cycle complet dure généralement 3 mois. On peut observer de 2 à 3 générations par an avec des vagues d’éclosions au mois de Juin et Septembre.

Bien que tous les stades puissent passer l’hiver, ce sont essentiellement les larves du 3ème stade qui passent la mauvaise saison. Elles reprennent leur développement pour devenir adulte à la fin d’hiver et entamer leur reproduction.

Icerya purchasi sur feuille d'agrume.

La cochenille australienne, origine et distribustion

Comme son nom l’indique, Icerya purchasi, est originaire d’Australie. Suite aux échanges commerciaux, elle a été introduite et s’est répandue dans toutes les régions tropicales et chaudes. Dans les zones plus froides, elle est fréquente dans les serres et vérandas.

Les plantes attaquées par la cochenille australienne

Cette cochenille s’attaque à quelques familles de plantes. C’est notamment un ravageur d’importance dans les vergers d’agrumes. Elle est également très présente sur les fabacées.

Icerya purchasi est un ravageur des cultures d'agrumes.

Les agrumes

Les cochenilles australiennes affectionnent les pittosporums.

Les pittosporums

De grosses cochenilles blanches sur les genêts sont probablement des cochenilles australiennes.

Les genêts

Icerya purchasi est une grosse cochenille que l'on peut rencontrer sur les acacias.

Les robiniers et accacias

Les cochenilles australiennes peuvent pulluler sur les mimosas.

Les mimosas

La cochenille australienne parasite les rosiers.

Les rosiers

Nuisibilité de la cochenille australienne

Dans les zones du sud et tropicales où son prédateur naturel la coccinelle Rodolia cardinalis s’est acclimaté, la cochenille australienne n’est plus un problème.

Dans les autres régions, ses pullulations entrainent un affaiblissement des arbres et arbustes pouvant conduire à leur mort.

Les dégâts sont nombreux avec des traces de piqures, des déformations des branches, des crevasses… Le miellat rejeté par les cochenilles peut induire la formation de la fumagine, un champignon noir qui recouvre les tissus végétaux.

Quels sont les traitements pour se débarrasser de la cochenille australienne ?

Des mesures préventives

Lorsque vous achetez une plante sensible à la cochenille australienne, contrôlez bien le plant au moment de l’achat. Une fois en place chez vous, faite un suivi régulier pour voir si de jeunes cochenilles qui seraient passées inaperçu au moment de l’achat ont pu se développer et donc grossir.

Que faire lorsque la cochenille australienne est repérée ?

Si jamais vous constatez la présence de cochenilles australienne, pas de panique, cela peut être contrôlé facilement si l’infestation est prise en charge suffisamment tôt ! 

Commencez par retirer les cochenilles à la main et éliminez-les sans les écraser sur la plante.

Pulvérisez ensuite un insecticide biologique à base d’huile végétal.  Ce produit bio va éliminer les cochenilles australiennes en les recouvrant et en les asphyxiant. Il est parfaitement adapté pour éliminer les jeunes cochenilles qui sont très discrètes.

Surveillez ensuite régulièrement vos plantes et renouvelez le ramassage à la main et les pulvérisations dès que vous en observez une.

Dans le cas d’arbres où la pulvérisation est impossible, ou bien dans le cas de cultures sous serre ou de nombreuses plantes infestées, vous pouvez traiter vos plantes avec l’aide d’un insecte auxiliaire spécialisé : la coccinelle Rodolia cardinalis. Cette coccinelle australienne est inféodée à la cochenille Icerya purchasi ou Icerya aegyptiaca (espèce exotique également), c’est-à-dire qu’elle ne se nourrit que de ces cochenilles et meure si elles ne sont plus présentes. Il n’y a donc pas de risque à l’introduire dans notre environnement, ceci est d’autant plus vrai que les températures inférieures à 14°C lui sont préjudiciables. Elles ne passent pas l’hiver dans nos régions. Compte tenu du risque inexistant pour l’environnement c’est la seule espèce exotique que nous proposons à la vente. Attention, ne fonctionne pas très bien sur genêts.

Il y a 5 produits.

Affichage 1-5 de 5 article(s)